Evènements sportifs

M. Mouhamadou FALL, athlète briolin de haut niveau,

CHAMPION ET BRIOLIN

Interview de Mouhamadou FALL, athlète sur 100m

Ancien footballeur, Mouhamadou FALL, 25 ans,  est un espoir de l’athlétisme français, sur la discipline du 100 m. Licencié à l’Entente Césame Franconville depuis 2015, il enchaîne les performances.

Rencontre avec ce jeune sportif Briolin que la ville soutient dans son parcours de sportif de haut niveau. 

Tout d’abord, qui es-tu Mouhamadou FALL ?

Un jeune Briolin pas du tout destiné à pratiquer l’athlétisme mais attiré par le football au sein de clubs comme Bruyères à mes débuts, puis Persan, et enfin Chantilly.

Comment es-tu venu à pratiquer l’athlétisme ?

Entre amis, un soir par défi, sur la route en se confrontant sur des courses improvisées. Je gagne la première course, sans être le favori contre des adversaires de bon niveau.  Surpris, je mets ça sur le compte de la chance du débutant.

Nouvelles courses, nouvelles victoires…… Filmées ces courses arrivent sur les réseaux sociaux et intéressent mon ancien professeur d’EPS qui me sollicite et me propose d’intégrer un club d’athlétisme. Je refuse dans un premier temps. Après plusieurs tentatives, je donne mon accord et je participe à une première compétition que je gagne. Première victoire comme Champion du Val d’Oise dans un bon temps, moins de 11 secondes. C’est le début de nombreuses sollicitations de coachs intéressés, compte tenu de mes chronos.

Quels sont tes meilleurs résultats aujourd’hui ?

10’27 réalisé aux Etats-Unis dans une compétition inter-universitaire, au printemps 2017.

Quels sont tes objectifs à court terme et dans les prochaines années ?

Réaliser une belle compétition aux Jeux de la francophonie, du 21 au 30 juillet 2017 à Abidjan, puis au championnat du monde du 5 au 13 août à Londres.  Mais les championnats de France Elite qui se dérouleront à Marseille le 16 juillet sont aussi un objectif important. C’est lors de cette compétition que la sélection pour le relais 4X100 français sera effectuée.

Peux-tu présenter une journée d’entraînement avant une compétition ?

Je commence ma journée à 13h, avec une 1 heure d’échauffement et notamment des étirements. Puis, la séance se poursuit avec des séries de 15 fois 200m, avec 1 minute de récupération entre chaque. L’après-midi se termine avec du renforcement musculaire. Fin des entraînements à 17h30. Les entrainements sont planifiés tous les jours de la semaine, du lundi au vendredi. Les weekends sont faits pour se reposer.

Quant au sprint, il n’est pas privilégié lors des entraînements mais seulement la semaine précédant les compétitions.

Un régime particulier ?

Oui, avoir une alimentation équilibrée est primordial. Un nutritionniste établi un plan nutritionnel correspondant à mes besoins de sportif, des grammages précis dont les écarts sont bien sûr peu autorisés. Il est nécessaire de maitriser son poids et nourrir son corps sainement pour éviter les blessures. Je bois également 3 litres d’eau par jour.

Quels sont tes points forts et tes points faibles ?

Mon point fort,  c’est ma puissance qui m’aide à rattraper mes départs qui ne sont pas excellents aujourd’hui.

Pour mon point faible, je dirais que mon gabarit peut être un handicap ainsi que mon physique, sujet aux blessures et que je dois renforcer. 

Tes souvenirs d’enfance à Bruyères-Sur-Oise ?

J’ai passé mon enfance dans le quartier de la Croix Dorée, à la Placette,  à m’amuser avec mes frères, mes cousins et mes amis. La municipalité mettait à disposition des activités pour les Jeunes, le gymnase pour faire du foot, un animateur de la ville pour nous accompagner. La jeunesse n’était pas oubliée.

Bruyères a toujours était un endroit où il fait bon vivre. C’est un village où tout le monde se connait. Je suis heureux si je peux devenir aujourd’hui l’ambassadeur de ma ville. Je remercie Monsieur le Maire et la municipalité de leur soutien.

Quel est ton rêve aujourd’hui ?

Courir le 100 m en moins de 10 secondes, c’est mon objectif.

Mon rêve, c’est de devenir champion olympique.

Je veux également montrer que cela n’arrive pas qu’aux autres et que tout est possible. Etre un précurseur et montrer à la jeunesse brioline que l’on peut s’en sortir, sans avoir fait nécessairement des études, mais avec de la volonté et en se donnant les moyens.

Merci Mouhamadou FALL d’avoir répondu à ces questions !